Accès Cible

18 septembre, 2009

LE PAM 95 CREE POUR LE 1ER JANVIER 2011

Classé sous Non classé — accescible @ 12:21

 La réunion, du 7 septembre 2009 au Conseil Général du Val d’Oise, avait pour but d’annoncer aux représentants des associations, la mise en place au 1er janvier 2011 du « Pam Citoyen » et du « Pam Etablissement ».

Le département du Val d’Oise engage dans ce projet 2,4 million d’Euros, c’est-à-dire autant que la région. Ces transports adaptés (une centaine de véhicules), devraient concernés 1400 à 1500 personnes dans le département. La plage horaire sera nettement plus importante que celle proposée par les transports existants, puisqu’elle s’étendra de 6h à 24h et cela 7 jours sur 7.

Enfin, ce transport permettra des trajets dans l’ensemble des départements de l’Ile-de-France.

La période transitoire qui nous attend ne sera pas facile. Cependant, 3 véhicules financés par le département seront mis à la disposition de l’ADIPH prioritairement pour le « transport citoyen ». Des accords avec les compagnies de taxi seront recherchés. Des locations « longue durée » sont envisagées, ainsi qu’une mutualisation des véhicules disponibles dans les établissements.

Ceux-ci seront également interrogés pour recenser les capacités individuelles à utiliser les transports en commun, au besoin après une éducation et un accompagnement temporaire. La structure juridique du Pam Etablissement sera étudiée pour ne pas retomber dans certains travers de l’ADIPH notamment la double implication du Conseil Général, en tant que financeur et en tant que Président.

Nous pouvons donc nous réjouir de cette décision du Conseil Général, même s’il va falloir attendre encore plus d’un an avant que le Pam soit mis en place. Nous devons encore insister pour que le dispositif proposé pendant la période transitoire soit amélioré et que les mesures adoptées fassent l’objet d’un suivi rigoureux.

Le président du Conseil Général a clairement fait allusion à l’action du collectif Accès Cible, en redisant son agacement face à ce mode d’action. Il a cependant admis que les termes « prise d’otage du Conseil Général » qu’il avait employés, étaient sans doute un peu forts pour qualifier l’action du 19 juin à laquelle nous avons participé.

Le responsable des transports, Monsieur BROUSSY, a par ailleurs parlé de l’impatience légitime des personnes handicapées.

Notre action avait pour but de faire connaître à nos élus notre « très grande impatience » et notre « exaspération légitime » face aux difficultés de déplacement que rencontrent les personnes handicapées dans notre département, et partant de celui-ci dans toute l’Ile-de-France.

Nous sommes bien convaincus d’avoir participé à une meilleure prise en compte par les différentes autorités du département du problème des transports. Nous n’attendons évidemment pas que le Président du Conseil Général le reconnaisse, mais tous ceux qui se sont mobilisés lors des différentes actions du mois de juin, peuvent être fiers d’avoir œuvré pour faire entendre « fort et clair » nos demandes.

9 juillet, 2009

Un nouveau projet pour le transport dans la région Ile de France

Classé sous Non classé — accescible @ 11:48

C’est l’heure des grandes manœuvres dans les transports franciliens. Le Syndicat des transports d’Île-de-France (Stif) a approuvé le 8 juillet une quantité de projets d’envergure pour près de 10 milliards d’euros.

Le 8 juillet sera-t-il à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des transports francilliens ? Selon Jean-Paul Huchon, président du Stif (Syndicat des transports en Île-de-France), la réponse est évidement oui. « L’ensemble des mesures qui vont être votées porteront sur plus de 10 milliards d’investissements. Elles s’inscrivent dans le cadre du projet de mobilisation dans les transports qui doit permettre de considérablement améliorer la vie des francilliens », a déclaré Jean-Paul Huchon lors d’une conférence de presse en préambule du conseil du Stif. 
Priorité au RER 

L’urgence concerne le RER, principalement les lignes C et D. Pour la première, il s’agira de faire approuver le schéma directeur et d’engager les études du schéma de principe. Le but est, sur la période 2011-2017, d’améliorer la qualité de service en faisant évoluer l’offre de transport, de service, la gestion de la circulation et l’équipement des gares. Pour le RER D, les choses devrait aller encore plus vite. Dès décembre 2013, la desserte sera considérablement renforcée. Par rapport à 2009, il passera au nord 12 trains cadencés par heure (contre huit aujourd’hui). Au sud, les trains marqueront l’arrêt à Pompadour, et la desserte du Val-de-Marne sera renforcée. Le coût total du projet, qui inclut l’acquisition de matériel, est de 120 millions d’euros. 


La Tangentielle nord est aussi à l’ordre du jour, avec l’approbation du tronçon Épinay-sur-Seine / Le Bourget. À terme,
la Tangentielle permettra de relier les départements des Yvelines, du Val-d’Oise et de
la Seine-Saint-Denis sans passer par Paris. Le premier tronçon doit être mis en service en 2014. 

Arc Express sur sa lancée
Le conseil du 8 juillet a également approuvé le prolongement du tramway T1 de Noisy-le-Sec à Val-de-Fontenay. Cette véritable arlésienne, dont le projet est à l’étude depuis 2001, devrait être mise en service en 2017. 

Enfin, le dernier grand projet au menu est Arc Express. Le conseil du Stif a approuvé son « dossier d’ouverture et de caractéristiques principales » (DOCP), préambule indispensable au lancement du débat public. Une première partie de la rocade ferroviaire autour de Paris pourrait être mise en service en 2017. « La priorité devrait être donnée à l’Arc Sud. C’est sur ce secteur que l’urgence est la plus forte » a précisé Jean-Paul Huchon. L’investissement nécessaire est évalué entre 2,8 et 3,1 milliards d’euros pour l’Arc sud, et entre 2 et 2,3 milliards d’euros pour l’Arc Nord.
Le président du Stif a également assuré que ce projet n’est pas incompatible avec le « Grand huit » soutenu par Christian Blanc et l’État dans le cadre du Grand Paris. « Les deux projets ont leur pertinence. Le débat va dans un premier temps porté sur le maillage avec le réseau de transport existant. L’objectif est de proposer les correspondances les plus efficaces ». 


Objectif accessibilité
Les questions portant sur la qualité de service et le matériel ont également été abordées en conseil. Ainsi, le Schéma directeur du matériel roulant a été approuvé. Il permet de déterminer les caractéristiques des futurs trains et RER franciliens. « D’ici à 2016, la totalité du matériel SNCF aura été reprise, rénovée ou changée », promet Jean-Paul Huchon. 

Par ailleurs, la livraison des rames Francilien va être accélérée, à raison de 40 unités en 2011 et 2012 contre les 30 initialement prévues. Cela permettra de gagner huit mois par rapport au calendrier initial. Le conseil a également voté le financement de rames de métro, la rénovation de 40 gares de banlieue ou encore l’harmonisation du service PAM, dédié aux personnes à mobilité réduite. Sur le terrain de l’accessibilité, le Stif s’est également engagé à investir 1,1 milliard d’euros d’ici à 2018 pour répondre aux exigences de la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Concrètement, dans les neuf années à venir, 258 gares supplémentaires du réseau francilien seront rendues accessible et 450 lignes de bus de banlieue suivront le même chemin. « Le Stif va financer 100% des études préalables et la moitié des travaux. L’objectif est de proposer un véritable réseau accessible », conclut Jean-Paul Huchon. 

 

Communiqué de presse de la réunion du 6 juillet 2009 au CG

Classé sous Non classé — accescible @ 11:45

Télécharger le communiqué de presse: Communiqué de presse de la réunion du 6 juillet 2009 au CG pdf communiqudepressecollectifaccscible.pdf

29 juin, 2009

Le PAM 92 : on en est où?

Classé sous Non classé — accescible @ 14:47

Pour notre département des Hauts-de-Seine, nous revendiquons depuis 2006 un transport spécialisé pour personnes en situation de handicap qui soit complémentaire aux transports publics et non substitutif, avec des dessertes géographiques organisées par un maillage pertinent  au niveau départemental et régional. 

Depuis 2006, le dossier traine dans les Hauts-de-Seine, alors que des systèmes PAM (Pour Aider à la Mobilité) se sont mis en place dans les autres départements franciliens (PAM75 en 2003, PAM94 en 2005, PAM78 en 2006, PAM93 en 2007, PAM77 et 91 en 2008). Le 92 est donc le 7ème et avant-dernier département francilien à mettre en place ce service.  Les rôles sont partagés entre trois institutions. Le STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) a le rôle de prescripteur, en tant qu’autorité organisatrice des transports en Ile-de-France. Il fixe le cahier des charges de la prestation. Le Département est quant à lui maître d’ouvrage car censé connaître les besoins spécifiques de son territoire. Il désigne le prestataire du service.
La Région intervient en tant que financeur, de même que le Conseil général et le STIF. En novembre 2007, le Conseil régional a voté un budget de 986.000 euros pour l’acquisition des véhicules et l’équipement des plates-formes téléphoniques. 

Aujourd’hui, la balle se trouve dans le camp du Conseil général : l’appel d’offres pour choisir le prestataire a été lancé pour une mise en service prévue avant la fin de l’année 2009.

A titre de comparaison, le PAM 91 dont le budget avait été voté en même temps que le PAM 92 par le Conseil régional, a été mis en place à l’automne 2008.

  

LIONS CLUB |
LE BORGNE |
LA PAGE DU FLE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | URAFCGT 62-59
| fasoleman
| Détente et Loisirs